Le dernier des Templiers . C’était pas ma guerre…

Le dernier des Templiers

Réalisé par Dominic Sena
Avec Nicolas Cage, Ron Perlman, Stephen Campbell Moore, plus (lien allociné)
Titre original : Season of the Witch
Long-métrage américain
Genre : Aventure, Drame, Fantastique
Durée : 1h35min
Année de production : 2010
Distributeur : Metropolitan FilmExport
(infos et images : Allocine)

Synopsis :
Après avoir combattu pendant plusieurs années sous la bannière de Dieu, les templiers Behmen et Felson désertent. Dans leur fuite, ils se retrouvent à  escorter un convoi emmenant une jeune fille accusée d’être une sorcière noire, source de la peste, dans un monastère où son sort sera décidé.

Le dernier des Templiers - Behmen & la fille / Nicolas Cage & Claire Foy
– Allé avoue, tu aimes voir une fille derrière des barreaux… –

Mon avis :
Du médiéval, du fantastique, des grosses épées, Nicolas Cage, Ron Perlman et la promesse d’un film qui n’en promet pas trop. Je met mon cerveau sur OFF et je regarde les templiers asséner leur foi à  coup de lame.


Le film commence à  grand coup de génocides par les templiers qu’ils sont troooop forts. Alors là  c’est sûr, elle est bien rentrée dans la tête des hérétiques la foi chrétienne… Pas sûr qu’ils y reviennent. Fort heureusement les carnages peu intéressants ne durent pas longtemps et nous voilà  vite sur la route avec nos deux déserteurs.

Nous avons donc un tandem de personnages principaux qui seront bientôt rejoints par une brochette de seconds rôles. Dans le tandem nous avons la brute qui réfléchit et la brute nounours, ce sont des chevaliers en même temps, on ne leur demande pas de faire des naperons en dentelle.
Les acteurs nous gratifient d’un jeu moyen mais d’un niveau quand même supérieur à  The Tourist. On s’en sort donc sans trop d’accros avec un Nicolas Cage et un Ron Perlman qui réhaussent un peu le niveau général.

Le premier tiers du film pose un peu la palette hétéroclite de personnages, le décor sur fond de peste et la quête : emmener la sorcière d’un point A à  un point B.
Si le début du film montrait de lourdes batailles, le reste du film se calme. Le voyage du groupe sera plus porté par l’ambiance, les doutes et les remises en questions des personnages. Attention, je ne dis pas que la psychologie des personnages est super travaillée, mais le film ne s’arrête pas sur des protagonistes figés, ils évoluent un minimum.
Le rythme de leur périple sera régulier, oscillant entre le voyage et l’action, jusqu’au petit twist intervenant vers la fin du film annonçant le dénouement final où la tendresse sera remisée au placard. Bon, ok, il n’y en avait pas vraiment avant ça…

Visuellement le film ne dégage rien d’extraordinaire. Une fois les couleurs chaudes des croisades passées, le film s’enfonce dans une palette sombre et contrastée, agrémentée d’une grosse couche d’humidité et de brouillard. Ça colle bien avec le propos du film mais c’est le minimum syndical.
Les maquillages des pestiférés sont suintants et dégoulinants comme il faut. Je ne saurais dire si c’est réaliste, on en croise rarement dans la rue mais bon. Par contre les effets visuels un peu plus fantastiques sont moyens. On ne comprend pas vraiment l’effet sur les loups, il aurait fallu l’exagérer encore plus ou ne pas le mettre du tout, et la dernière partie du film manque de finition (maquillages et effets).

Le dernier des Templiers - Key, Felson & Behmen / Robert Sheehan, Ron Perlman & Nicolas Cage
– Déconne pas Frodon, file nous l’anneau ou on t’éclate… –

Ma conclusion :
Ce n’est pas un grand film. Il faut vraiment y aller si on veut voir un film pas prise de tête où il faut laisser son cerveau à  l’entrée. Pour le comparer à  un film de la même catégorie, je le trouve plus réussi que Solomon Kane car contrairement à  celui-ci, les personnages sont un peu plus intéressants et le film réserve quand même quelques surprises.
Quand on y va en sachant à  quoi s’attendre et sans attentes particulières, pourquoi pas, il divertit comme il faut. Sinon il faut clairement passer son chemin et chercher autre chose à  regarder, comme Arrietty, le petit monde des chapardeurs, c’est un autre registre certes mais c’est du bon… j’en parlerai bientôt.

Le dernier des Templiers - Debelzaq, Behmen & Eckhardt / Stephen Campbell Moore, Nicolas Cage & Ulrich Thomsen
– Notez bien, je ne répéterai pas… les chiottes… c’est là  ! –

4 commentaires

  • J’ai tellement mis mon cerveau en mode off d’ailleurs que j’ai fait dodo ! :dodo:

  • Carotte : ha ouais, carrément LOL j’ai lu d’autres critiques qui semblaient d’ailleurs dire les incohérences du scénario tiennent du déluge, tellement ça pleut… encore un film à  ne pas voir ^^’

  • Hey, ton blog est devenu un blog cinéma on dirait :p huhu!
    J’irais bien le voir ce film…Un film pour le week-end quoi :)

  • Carotte > L’avantage c’est que tu n’étais pas trop perdue à  ton réveil LOL

    Eawyne > Tu as raison ^^ garde tes sous pour autre chose ^^"

    Sironimo > En partie, mais pas que. Disons que j’avale les jeux vidéos plus lentement que les films (normal, ce n’est pas le même investissement temps) et bon par contre le dessin… mwoé baaah manque de temps quoi