Les Mondes de Ralph

Les Mondes de Ralph . Haut Haut Bas Bas Gauche Droite Gauche Droite B A

Les Mondes de Ralph - 01

Synopsis
Ça fait 30 ans que Ralph casse tout, qu’il est dénigré par son entourage et cela lui pèse de plus en plus. Pour leur prouver qu’il n’est pas qu’un dur aux gros bras, il va essayer de leur rapporter une preuve de sa bravoure. Ah au fait ! Ralph est le méchant d’un jeu vidéo…

Mon avis
Une affiche avec des personnages de jeux vidéo connus qui accompagnent un duo improbable. Que de promesses pour le joueur que je suis, mais un film à double tranchants qui peut passer ou tout casser. Le mieux étant de se faire sa propre opinion, direction l’arcade la salle obscure !


Le film est précédé par un court métrage muet et avec peu de couleurs : Paperman. Très joli et poétique, visuellement il contraste complètement avec le long métrage que nous sommes venu voir. Une bonne surprise.

Les Mondes de Ralph est un film très coloré et adopte une plastique simple mais qui permet de mélanger différents types de personnages de manière intelligente. J’avais peur que certains clins d’œil à des jeux existants soient lourds mais cela se fait dans la discrétion, de manière maligne, à part pour quelques personnages mais c’est certainement voulu, on y découvre une facette inattendue de Zangief par exemple ^^ »

Les Mondes de Ralph - 02 - Ralph-la-Casse / John C. Reilly

– Allé les vieux, ça vous aidera à passer en HD –

Autre crainte, celle de voir Ralph parcourir pleins de jeux pour accumuler encore plus de fan-service, mais non, tout va se jouer sur quelques bornes et dans le hub, le film étant construit comme un jeu avec son héros qui parcourt des mondes et transite par le hub où rien ne peut lui arriver, ou presque.

Disney oblige, on n’est pas à l’abri de quelques séquences mielleuses et sucrées, ce qui colle tout à fait avec l’une des bornes visitées, ou de réflexions moralisatrices  (Oop oop oppa Disney style !). Toutefois, le jeu film est assez bien construit pour nous amener des personnages intéressants pour la plupart et un discours plus profond qu’il n’y paraît. NON ! Le jeu vidéo n’est pas QUE violence, NON, un personnages de jeu kikinou n’est pas forcément trop choupi-doux, NON, un personnage bourrin n’est pas qu’une brute sans âme et peut être subtilement travaillé. Les Mondes de Ralph montre des clichés pour les briser au niveau suivant.

Les Mondes de Ralph - 03 - HUB

– IRL –

Ma conclusion
Mes craintes passées, je me suis retrouvé avec un nouveau coup de cœur (boom ! Nouvelle rubrique ciné, je n’ai plus qu’à la remplir). Les Mondes de Ralph est amusant, divertissant, drôle, touchant, titille ma fibre de joueur et le film est correctement équilibré pour que le public non-initié ne soit pas complètement largué par des références trop violentes (qui à hurlé Tron 1982 au fond ?)… donc oui, forcément cela donne lieu à quelques grossièretés mais c’est un divertissement que diable.

Notons aussi que Disney a fait appel aux AKB48 pour participer à la bande son du film. Bon ok, pendant le générique de fin, mais ce-dernier est plutôt chouette et leur chanson « Sugar Rush » lui donne un rythme bienvenu.
Euh, les AKB48 sont un groupe de 48 jeunes idols japonaises (demoiselles à succès, pur produit commercial à petite culotte sous une jupette courte) pour ceux qui ne connaissent pas.

Réalisation Rich Moore
Avec les voix (US) de John C. Reilly, Sarah Silverman, Jack McBrayer, autres
Titre original Wreck-It Ralph
Long-métrage américain
Genre : Animation , Comédie , Famille
Durée : 1h41
(infos et images : Allocine / Textes par Taka)

Les Mondes de Ralph - 04 - Ralph-la-Casse & Vanellope von Schweetz / John C. Reilly & Sarah Silverman

– Cette note m’a toute retournée, on refait une partie ? –

6 commentaires