Infectés

Infectés

Bon, je vous préviens tout de suite, il n’y aura pas la bande annonce dans cette review. Pourquoi ? Parce que la bande annonce en dévoile trop sur le film et le teaser est en français et ne représente pas le film tel qu’il est.

Réalisé par Alex Pastor, David Pastor
Avec Chris Pine, Piper Perabo, Lou Taylor Pucci, plus (lien allociné)
Titre original : Carriers
Long-métrage américain
Genre : Drame, Anticipation
Durée : 01h24min
Année de production : 2008
Distributeur : Metropolitan FilmExport
(infos et images : Allocine)

Synopsis :
Un virus pandémique décime la population. Deux frangins et deux demoiselles font route vers l’océan pour s’isoler et revenir à  l’endroit où les 2 frères ont leurs meilleurs souvenirs en commun. Un moyen d’occulter l’horreur qui les entoure… Si toutefois ils y arrivent.
Suivant quelques règles de survie qu’ils se sont fixés ils filent sur les routes désertes. Bien sûr, un monde à  l’agonie réserve quelques surprises…

Infectés
– La fine équipe… de nettoyage. –

Mon avis :
Le film ne s’attarde pas trop sur les finalités du virus. C’est pas plus mal, cela aurait dévier vers un film à  zombie ou catastrophe du genre « Au secours le vilain virus tout méchant n’est pas loin… Courons et montrons nos seins parce que c’est un film américain !!!!« … non, ils n’ont pas cédé à  la facilité, c’est pas mal.
Le film ne s’occupe qu’à  suivre le groupe et montrer comment ils réagissent face aux situations. Si elle reste classiques elles sont plutôt bien amenées et les réactions ne sont pas toujours caricaturales.

Le film est sympa, se laisse regarder MAIS (bah oui, il y a un mais, c’est pas drôle sinon)…

il ne réserve pas de surprise, reste prévisible et surtout il est un film beaucoup trop gentillet.
Il serait judicieux de le comparer à  la Route (the road) sorti il y a quelques mois. Le sujet est le même : un groupe tente de survivre dans un monde qui dépérit. Et pourtant Infectés donne l’air d’un road-trip qui tourne mal… A part un passage dans une ville abandonnée et dans une école transformée en hôpital de fortune, les décors sont vides et ne montrent que très peu de signes d’un monde qui s’écroule.
Un autre point qui s’ajoute à  la remarque précédente reviens au casting. Les jeunes sont trop propres sur eux et clichés : le bad boy, l’intello, la « bombasse » à  grande gueule (forcément avec le bad boy) et la sainte nitouche. Heureusement que les deux gars sont frangins pour apporter une certaine impression de lien fort. Evidemment les personnages évoluent durant le film et heureusement. Notons aussi que certains personnages secondaires (les premiers surtout) ne sont pas trop mal.

Enfin, je dirais que les rares corps que l’ont aperçoit ne sont pas très réussis… Entre le coup de soleil spécial merguez et la combinaison intégrale caoutchouc j’ai eu du mal à  comprendre les effets du virus sur le corps humain… Ok, en fait j’ai pas du tout compris… Les symptômes sont mieux amenés bien que tout aussi peu compréhensibles.

Infectés
– Pourquoi tu fais la tête papa ? C’est parce que je donne l’air d’avoir la grippe A ou parce que tu as pété ? –

En conclusion :
Sans être un bon film, Infectés n’est pas un mauvais film, il est seulement trop gentillet pour le sujet qu’il traite et souffre trop de la comparaison avec la Route qui se veut plus dur et profond et que j’ai préféré.
Il se laissera regarder si vous ne savez plus quoi aller voir au cinéma et se fera probablement vite oublié… En tout cas, il sera vite oublié et écrasé avec les monstres qui sortent en même temps.