Archives pour la catégorie Drame

BA/04 . The Voices – Lolcat

The VoicesLa bande annonce avait titillé ma curiosité, je ne savais pas à quoi m’attendre et j’ai bien aimé The Voices. Ryan Reynolds joue un mec solitaire, niais, un peu paumé et qui parle à ses animaux, un mec normal quoi. On le découvre au fur et à mesure, le regard qu’on lui porte évolue et plus on en apprend, moins le film fait dans le délicat et plus il devient nerveux jusqu’à un final à contre-pied complètement délirant.

Cynique, violent, drôle, gore, The Voices est sympathique et étonnant, Ryan Reynolds est bon dans son rôle, ça change de l’image qu’il a habituellement.

Souvenirs de Marnie . Un dernier Ghibli et puis au lit

Souvenirs de Marnie (Omoide no Mānī)

Ce début d’année voit arriver la dernière production Ghibli, Souvenirs de Marnie (Omoide no Marnie). Après ce film, le studio rentrerait dans une période de pause durant laquelle il ne travaillera plus sur des longs métrages. D’un avis personnel, je pense que Ghibli ne s’est pas préparé au départ à la retraite de Myazaki Hayao et se reposait encore trop dessus.

Bref, j’avais peu entendu parlé de ce dernier film d’animation, en même temps, j’essaie de moins m’intéresser aux bandes annonces, j’en ai marre de me faire spoiler, mais le peu que j’en avais lu ou entendu n’était pas engageant. Mais bon, se faire sa propre opinion reste le mieux à faire.

Night Call . Virée nocturne

Night Call / Nightcrawler

Confession : entre le titre français (Nightcrawler en version originale) qui rappelle un titre de Kavinsky et une esthétique à la Drive, je pensais allais voir un film du réalisateur du film porté par Ryan Gossling. Bah oui, je ne m’étais pas beaucoup renseigné, le nom de Jake Gyllenhaal avait suffit.

Donc du coup je me suis planté mais au final ce n’est pas bien grave. En revanche, Night Call, le titre français, ne colle pas du tout avec le film, mais de loin, le titre original était, selon moi, bien plus adapté… Mais bon, on n’a pas le choix.

Interstellar . 5555

Interstellar

Nolan est de retour dans les salles de cinéma et met de côté le super détective masqué. Aujourd’hui il tourne la tête vers les étoiles et dans sa folie des grandeurs va tenter de nous y perdre. Un casting renouvelé, un teaser minimaliste et réussi (que je vous mets un peu plus bas) me mettaient l’eau à la bouche. J’étais fou de rage quand seulement quelques jours avant sa sortie, on m’impose une bande annonce remplie de révélations et d’images que j’aurais préféré découvrir durant le film. Passer d’un teaser magnifique à une bande annonce putassière, ça m’énerve, mais coup de bol, je ne l’ai vu qu’une fois et mon envie de voir Interstellar étaient toujours là.