Unstoppable . Train à  l’approche…

Unstoppable

Réalisé par Tony Scott
Avec Denzel Washington, Chris Pine, Rosario Dawson, plus (lien allociné)
Long-métrage américain
Genre : Action, Thriller
Durée : 1h35min
Année de production : 2010
Distributeur : Twentieth Century Fox France
(infos et images : Allocine)

Synopsis :
Le train 777 file à  toute berzingue sans chauffeur. Il est long, il est dangereux et la catastrophe n’est pas loin… Pourra-t-il être arrêté à  temps ?

Unstoppable - Will Colson et Frank Barnes / Chris Pine et Denzel Washington
– Allé petit. Haut les coeurs et au boulot ! –

Mon avis :
Une histoire de train menée par Tony Scott qui fait de nouveau appel à  Denzel Washington et au jeune capitaine James T. Kirk Chris Pine, on s’attend à  ce que ça déménage.
Alors qu’en est-il ? Tchoutchou…

Le milieu ferroviaire… On a tous pris au moins une fois le train, nous sommes nombreux à  prendre le métro mais c’est comme les parcs d’attractions, on ne sait pas franchement ce qui se passe en coulisses. Le film prend donc le temps de nous montrer un peu l’envers du décor pour nous donner quelques bases afin que l’on puisse comprendre un peu le film : les métiers, le matériel etc…
Bon ça reste du cinéma, je ne me prétend pas cheminot en sortant de la salle hein !
En tout les cas, le début du film est molasson, pose les quelques bases utiles à  une bonne compréhension, les personnages et une quantité de placements de produits.

A ce stade du film, je me demande un peu si ça va commencer à  monter ou si on restera à  un rythme soporifique. et sans m’en apercevoir la pression commence à  monter.
Plus le film avance et plus la méchante locomotique et ses rejetons de wagons prennent de de la vitesse tandis que le film gagne en tension. Le scénario tiens sur un post it et pourtant une fois lancé le film ne nous laisse pas respirer et se permet même de nous opresser un peu plus.

Et soudain… la fin, brêve, elle ne s’attarde pas dans le sentimentalisme et la fête youpi tralala. On sait ce qu’il advient du train et des héros point barre.

Tony Scott nous sert un duo composé du vieux briscard à  qui on ne la fait pas et le petit jeune qui manque d’expérience à  qui il faut beaucoup apprendre malgré sa formation (l’expérience avant tout nan mais !). Tout les oppose mais ils commenceront à  s’apprécier et à  s’épauler face aux obstacles qui les attendent. Classique, mais efficace.
On rajoutera une vision de l’entreprise un peu terne : on vire les vieux pour embaucher de la chair fraîche pas chère, on veut du profit et des sousous.

Unstoppable - Will Colson / Chris Pine
– Classe affaire mon cul oui ! –

Ma conclusion :
Unstoppable n’est pas un gros blockbuster qui restera dans les mémoires mais Tony Scott nous sert une fois de plus un divertissement efficace et au rythme soutenu une fois le film bien lancé.
Si vous avez un peu froid en vous promenant, plutôt que de vous bousculer pour vous mettre au chaud dans le troupeau des potter-maniaques (pas de panique, il restera longtemps à  l’affiche celui-là … Harry Potter hein pour ceux qui n’auraient pas compris ^^), si vous voyez Unstoppable à  l’affiche ça peut valoir le coup, ce sera en tout cas plus intéressant qu’un Date Limite, certes, pas vraiment le même registre mais bon…

Unstoppable - Will Colson / Chris Pine
– Et maintenant on va où ? –

 

3 commentaires

  • Un film catastrophe sans catastrophe, en somme… y a pas un couple de vieux, un chien, une petite fille pénible et son père méchant qui devient gentil en se sacrifiant, dans ce film ? LOL

  • On est loin des stéréotypes et heureusement ^^" en plus il évite de nous marteler avec les histoires persos et déchirantes des personnages, ils en parlent mais ne se lamentent pas dessus, c’est bref et bien dosé ^^

  • Haa, ça c’est presque bien =) (ouais nan passke, tu t’en douteras, mais moi j’aime bien quand il y a un couple de vieux, une petite fille pénible, et – oui ok, j’me tais).

    Mais j’avoue que la bande-annonce, pour une fois, m’a semblé fun :p je le garde en mémoire et j’essaierai d’attirer ma chérie à  le voir :pense: