Hirune Hime, rêves éveillés - Header

Hirune Hime, Rêves éveillés . Matrix de l’oreiller

Hirune Hime, rêves éveillés - 01

Pour être honnête, j’y suis allé sans trop savoir de quoi il était question. Je savais qu’il sortait, que ça parlait d’une rêveuse et du monde qu’elle imagine, c’est tout. Puis j’ai vu que la distribution était timide sur toute la France, c’est bien simple, All the Anime, qui édite Hirune Hime, rêves éveillés, donnait la liste des cinémas qui le diffusaient sur 2 images dans un tweet 👉

Oui, c’est léger pour une première semaine d’exploitation… Quand j’ai vu qu’il passait chez moi, je n’ai pas réfléchi, j’y suis allé avant que ça ne devienne galère.

Visuellement le film est coloré et dynamique, les décors sont lumineux et tout en légèreté avec très peu de noir utilisé dans les tracés. Ça me fait pensé un peu à Your Name mais l’image n’est pas aussi fournie en détails, de plus, le chara-design continue à différencier les deux longs métrages. Le style graphique colle avec la thématique et permet d’alterner entre rêve et réalité de manière agréable et de les lier de manière intelligente. Un visuel beaucoup plus détaillé n’aurait probablement pas permis de fournir des séquences aussi lisibles. J’ai juste regretté un petit manque de fluidité des animations par moment, mais globalement, c’est propre avec une belle palette de couleurs.

Hirune Hime, rêves éveillés - 02

Hirune Hime fourmille d’idées. Dès que le monde des rêves s’infiltre à l’écran, c’est une explosion de genres qui saute aux yeux : des méchas, des monstres, une société dystopique et industrielle menée par une monarchie qui ramène un côté médiéval, de la magie… C’est vraiment généreux et très sympa à voir à l’écran. Rêves et réalité sont amenés et distillés intelligemment et sans couper l’intrigue, c’est même plutôt l’inverse.

Toutefois, les antagonistes sont sans surprise : une tête de méchant, un raisonnement de méchant, pas de demi-ton. Dommage. J’ai aussi trouvé que le montage manquait de rythme avec des longueurs.

En conclusion, je n’ai pas grand chose de plus à dire de ce film, c’est vrai. Il est loin d’être désagréable, c’est mignon, mais le scénario trop simple et le montage longuet n’aident pas. Bref, c’est un film sympathique et rafraîchissant. Il ne faut pas oublier que l’animation japonaise n’est pas composée que de films très fournis, calibrés et soignés dans le moindre détail comme par exemple les productions de Hosoda ou Your Name. Il y a des films qui voient le jour mais sont plus modestes.

Hirune Hime, rêves éveillés - 03

Est-ce que je vous le recommande Hirune Hime ? Oui, pourquoi pas, c’est un film plus abordable en famille que Your Name et pour le coup, une jolie introduction dans la découverte de l’animation japonaise.

Alors, est-ce qu’il aurait mérité une meilleure diffusion ? Oui ! Bon, mon avis n’est pas objectif dans le sens ou je voudrais que l’animation japonaise rayonne plus en France, mais c’est aussi, comme je l’ai dit juste avant, un film familial et en période de vacances scolaires c’était un très bon créneau. Si on n’offre pas au public la possibilité de s’éduquer l’esprit à ce type de film, il ne sera pas demandeur et la diffusion sera toujours discrète… Un cercle vicieux. Bon je suis mauvaise langue, ces dernières années j’ai l’impression de voir plus d’animation japonaise au cinéma, mais j’aimerais un peu plus d’effort de la part des grosses enseignes de projection.

Hirune Hime, rêves éveillés - 04

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

O.O LOL ;-) :vomi: :triste: :siffle: :reveil: :pense: :p :nerd: :miam: :love: :love2: :fleur: :dodo: :dodo2: :demon: :chante: :bave: :D :-/ :-) :( *baille*