Header générique - Taka

Opération des yeux . La Full HD en vrai

Petite parenthèse au milieu de ces notes de rattrapage entre cinéma, jeu vidéo et Japon. Je vais vous parler un peu de moi et surtout de quelque chose d’important dans ma vie. Je suis myope depuis tout petit, d’une myopie moyenne de l’œil droit et d’une myopie forte à gauche avec un petit astigmatisme sur ce même œil.

J’ai décidé de sauter le pas et cette semaine je me suis fais opérer, je voulais vous en parler (je vous préviens, beaucoup de texte, pas d’images), de plus dans mon métier et dans le privé je suis toujours devant un écran. Alors, ça donne quoi un geek/gamer qui change ses yeux ?

Avant l’opération

Sans lunettes, c’est simple, je ne voyais pas grand chose, par exemple, j’étais incapable de voir mes yeux dans le miroir le matin (c’était peut-être pas plus mal de ne pas voir ma gueule au réveil me direz-vous). Dans mon cas, l’opération est un choix, pas une obligation, mes lunettes ou mes lentilles me corrigeaient bien, mais au bout de toutes ces années, j’en avais marre et les lentilles, même si ça apporte un confort, ne me suffisaient plus. Bref, avant l’opération, j’ai pris rendez-vous avec un chirurgien, c’est lui qui décide si oui ou non vos yeux sont opérables et quelle méthode pourra être employée. Si cela vous tente, demandez à votre ophtalmo s’il connaît un chirurgien, si en plus ils peuvent se communiquer votre dossier ce sera plus facile pour lui puisqu’il aura votre historique.

Vous vous en doutez, cela a été favorable pour moi et malgré la différence de myopie et l’astigmatisme, j’aurai la même opération pour les deux yeux : le laser Femtolasik. C’est un investissement, mais sur le moyen terme, remplacer les lunettes reviendrait aussi cher, acheter des lentilles et des produits d’entretien aussi. De plus, avec l’âge il faudra sûrement passer à des verres progressifs qui coûtent plus chers. Je vois donc sur le long terme et je me lance. Il faut savoir que ce n’est pas pris en charge par la SECU, il faut donc se tourner vers sa mutuelle. Elle ne remboursera pas tout mais c’est déjà ça.

Le chirurgien donne une série de consignes à respecter avant le jour de l’opération. Donc pas de lentilles quelques jours avant et je commence à mettre des gouttes 2 fois par jour.

L’opération

L’opération en elle-même est rapide (quelques minutes par œil), on est donc plusieurs dans la salle d’attente et nous allons nous enchaîner. Juste avant de passer sous le laser, je subis une anesthésie locale à base de gouttes puis je me retrouve allongé sur un lit entre 2 grosses machines, ce sont les lasers. Pour simplifier, le premier va préparer l’œil, se second le modifier, tout cela sous le contrôle du chirurgien bien sûr, ce sont ses outils.

L’opération n’est pas douloureuse, l’anesthésiant est efficace mais c’est un peu gênant. Les yeux sont maintenus ouverts par des pinces et le chirurgien travaille sur l’œil mais il informe de tout ce qui se passe. Le premier laser va donc créer un volet, un peu comme un capot que le médecin va soulever pour que le second laser traite la couche suivante, à ce moment ça sent un peu le cochon grillé ^^ » Puis il referme le ″capot″, pose des coques de protection et c’est fini.

Visuellement c’est assez étonnant. Il faut continuellement regarder un point lumineux vert, ce sera mon second ami durant l’opération, le premier étant évidemment le chirurgien, mais ce point va constamment évoluer, ou plutôt la manière de le percevoir. Il sera d’abord flou, évidemment, sans lunettes, puis disparaîtra, à ce moment je suis dans le noir, c’est déroutant mais normal, c’est la création du volet cornéen. Quant je le retrouve il sera encore plus flou, je le perd par moment, mais dès que je l’aperçois je me raccroche à lui, toujours avec la voix du médecin derrière moi qui me rassure et me dit que tout se passe très bien.

Juste après

J’avoue qu’en sortant je titubais un peu. La pression et la peur retombaient et je pense même avoir était un peu choqué. Je ne sais pas trop pourquoi, d’un coup mes jambes manquaient d’assurance et j’avais du mal à suivre l’assistante qui me donnait les indications post-opératoire. Peut-être avais-je trop pris sur moi avant (j’étais assez détendu pourtant). En tous cas rien de grave et puis chacun réagira différemment mais sur le moment ma réaction m’a étonnée.

Je dois passer la soirée avec mes coques de protection et je devrais dormir avec pendant une dizaine de jours. Pas très agréable ni sexy mais cela évite qu’inconsciemment je me frotte les yeux pendant la nuit et de les appuyer dans l’oreiller.

Très vite l’anesthésiant n’est plus efficace et les yeux grattent et piquent un peu, comme quand vous avez les yeux très secs ou des poussières. La soirée sera sous le signe de l’inactivité. La lumière est aveuglante et pour le moment je ne vois pas grand chose entre les coques et les yeux qui veulent rester fermés.

Le lendemain

Au réveil ça colle, bon je m’en doutais et l’assistante m’avait dit que cela pouvait effectivement arriver. Pour les décoller, une compresse humide posée sur les yeux et c’est de l’histoire ancienne. Bon par contre il faut trouver le chemin vers la compresse sans se prendre le pied dans une porte ^^ »

Cette première matinée a été frustrante. Mes yeux étaient encore fatigués, je sentais que je commençais à bien voir, la lumière était toujours gênante mais moins que la veille. Le soucis étant que mes yeux voulaient se fermer et je n’arrivais pas à concentrer mon regard sur un point. Je commençais à me dire que si la journée allait être comme ça je me ferais royalement chier. J’ai mis de la musique, j’ai passé la taille des caractères de Twitter en gros sur mon mobile et j’ai péniblement remonté ma timeline. Mon objectif du moment était de réussir à faire comprendre à mes yeux qui est le patron en me focalisant sur une tâche.

GAGNÉ ! Je finis pas me rendre compte que ce n’est plus pénible, je regarde autour de moi et c’est bon ! Je vois clair et j’avoue que j’ai presque versé une larme de joie. Bah oui ! Bon évidemment, ça pique toujours un peu et je passe ma journée entre livre et vidéo à la con. Je met régulièrement des gouttes dans les yeux et ce sera mon traitement pour les 10 prochains jours. Je profite de cette journée de repos pour la passer dans la pénombre à lire et regarder des vidéos qui ne demande pas d’être super attentif à l’écran (ça ne me gêne pas trop).

Jour 2

Je reprend le boulot. J’ai un peu d’appréhension, je vais passer la journée le nez collé sur mes 2 écrans, entouré de néon. J’ai prévu mes lunettes de soleil, très importantes en extérieur pour protéger les yeux des UV pendant la cicatrisation, mais finalement je procède autrement. Je retire les néons qui sont autour de moi, mes collègues sont encore éclairés mais plus moi, cela fait du bien. Reste le problème des écrans.

J’ai trouvé un petit programme, PangoBright, qui applique un filtre noir sur les écrans et permet de l’activer sur un seul écran ou les deux. Je suis infographiste, évidemment je dois le désactiver par moment quand je cale des couleurs, mais dans l’ensemble, entre les lumières en moins et ce programme, la journée se passe bien.

Le soir je ressent une quand même une fatigue visuelle. Je tente une partie de Last of Us mais j’arrête 15 minutes plus tard. Bon déjà je suis mauvais mais c’est surtout parce que je sens que mes yeux tirent, je mets mes lunettes de soleil et je lis un peu, ce sera moins fatigant.

Jour 3

De mieux en mieux, j’ai moins de halo autour des zones lumineuses/blanches (c’est tout à fait normal) et je sens que mes yeux fatiguent moins vite. J’ai toujours ma configuration ″grotte″ au boulot et j’en tombe amoureux, je crois que je vais la garder un moment, c’est plus reposant en fait.

En extérieur je suis aussi étonné, je m’attendais à être fortement éblouis mais en fait pas beaucoup plus qu’avant. Certes je mets tout des suite mes lunettes de soleil quand je mets le nez dehors, mais je m’attendais vraiment à être gêné.

Mes yeux sont toujours rouges, mais cela prendra quelques jours à passer, cela ne m’inquiétais pas de toute façon. C’est comme quand vous avez un vaisseau qui claque, on voit une petite veine, bah là c’est pareil mais en version collector Mega-Pack.

Le soir en revanche, même si je me sens bien quoiqu’un peu sec au niveau des yeux, je ne tente pas de jouer à la console, ce sera l’occasion de finir Joyland de Stephen King que j’ai bien aimé au passage.

Jour 4

Bon, on est samedi, faut pas déconner hein, je veux jouer !! Je m’installe tranquillement dans la pénombre, je commence par glander sur internet, d’ailleurs arrêtez de demander des codes pour la démo de Super Smash Bros s’il vous plaît, j’ai l’impression de lire une timeline de clochards du web :P , puis je lance la console et je peux jouer normalement, sans gène ou presque.

Effectivement, j’ai toujours une gène au niveau des yeux, comme s’ils sont secs une grande partie de la journée mais plus les jours passent moins je le ressens. Je mets toujours régulièrement des gouttes dans les yeux pour aider à la cicatrisation et pour les hydrater mais à part ça, tout va bien.

Conclusion

Je suis toujours en cours de cicatrisation et j’ai rendez-vous dans un mois pour vérifier si tout est en ordre. Pour le moment je cicatrise tranquillement et je vois très bien. Travailler avec des écrans ou jouer est tout à fait faisable et assez rapidement en fait. Par contre il faut savoir s’arrêter ou faire des pauses quand on sent que ça tire.

En tous cas, je suis très content d’avoir pu le faire, on est encore loin de Deus Ex et ses implants multi-fonctions mais c’est déjà incroyable que ce soit faisable.

Je sais que cette note sort de l’ordinaire, qu’elle est un peu longue, mais je pense que c’est quelque chose d’assez important pour être partagé. Si vous avez des questions auxquelles je n’ai pas pensé à propos de mon expérience, n’hésitez pas dans les commentaires, je tâcherai d’y répondre ;) Notez bien qu’il s’agit de mon expérience et que chacun aura un ressenti différent concernant l’opération.

8 commentaires

  • C’est étrange, cette idée m’a toujours terrifié. Il y a peu de choses qui me retournent, surtout en lecture, mais rien que lire ton article… ^^’ Je ne sais pas si j’arriverai à faire le pas un jour, malgré les avantages considérables. En tout cas, bon article =D

  • Toucher aux yeux m’effraie aussi. Je n’aime pas les fonds de l’œil, les scènes de film qui mettent à mal les yeux me tendent et la crainte de perdre la vue était inévitable. Mais je ne regrette rien, ça s’est bien passé :D

  • Bonjour,

    Je suis un petit nouveau qui vient te lire et moi même myope, ça à l’air d’être vraiment une expérience cette opération (et post-opération). J’espère que tout se passera bien par la suite, ça doit être vraiment agréable de ne rien avoir comme des lentilles ou des lunettes sur la figure :3

    Bon courage !

  • Bonjour le « petit nouveau » et merci :D

    Pour le moment tout va très bien, la sensation de sécheresse est de moins en moins présente et forte. Tout devrait bien aller pour la suite ^^

    En tous cas oui ça change de ne rien avoir à mettre pour voir clair :3

    Encore merci et à bientôt ;)

  • Hum je vais donner mon ressenti de ce grand changement.
    Malgré le fait que tu te disais plutôt détendu par rapport à l’opération, la tension est montée autant pour toi que pour moi lorsque l’opération était en cours. Te voir ressortir avec les yeux qui ne voulaient pas s’ouvrir, aouch, je souffrais de te voir comme ça, idem pour le lendemain où tu étais à l’aveugle dans l’appartement. Heureusement très vite tu as pu retrouver tes yeux en bon état, mais tout comme Florent, je ne sais pas si je serais capable de me lancer si l’ophtalmo me disait que c’était possible. :pense:

  • Bravo pour ton courage, et merci pour ce retour très instructif, qui je pense devrait contribuer à moins d’appréhension pour les futur opérés, dont je n’oserais malgré tout pas m’imaginer.

  • Merci pour ton avis Makoto, et si mon article permet de rassurer ou de donner une idée plus précise de l’opération à certains, j’en suis content :)

  • bravo pour cet article qui explique vraiment bien le ressenti et d’ailleurs le ressenti de tous les deux… moi qui porte des lunettes pour voir de près, pour voir de loin et des verres progressifs pour conduire !!!!!!!! je trouve cela bien pratique cette opération et bien expliquée !