The Dictator

The Dictator . Ça pouss’tache

The Dictator

Sacha Baron Cohen se grime à nouveau dans la peau d’un personnage haut en couleurs, si bien que lors du Festival de Cannes, ce n’est pas l’acteur que l’on pouvait croiser, mais l’Amiral Général Aladeen (Aladin ?) fier dictateur Leader Suprême de la République de Wadiya.

Moins acide que Borat, moins coloré que Ali-G et carrément moins extrême et scato que Brüno, The Dictator adopte un rythme et une narration plus mainstream. Le film en est moins accusateur mais plus familial. Les dialogues restent croustillants, le personnage aussi odieux qu’il peut l’être s’avérera presque attachant, c’est un dictateur rappelons le. Du coup je me suis même demandé si le film, en plus de pointer certaines choses du doigt ne nous amène pas à penser que sous ces dictateurs il y a des hommes avec un coeur ? Je vous laisse y réfléchir.

En tous cas, le film se laisse agréablement regarder, Sacha Baron Cohen nous livre encore un personnage excentrique qui n’a pas la langue dans sa poche. Bref, un bon moyen de passer une bonne heure et demi dans une salle climatisée ^^