Split - Header

Split . Shyamalan is back

Je me suis retrouvé contraint de regarder une bande annonce avant une vidéo et quand ce n’est pas un film que j’attend, je ne détourne pas le regard.

Split

Ce jour-là, c’était Split et la bande annonce m’a fait découvrir le film, m’a intrigué et quand j’ai vu que c’était James McAvoy qui tenait l’affiche, j’étais vraiment curieux. Du coup, direction la salle de ciné pour le voir et s’apercevoir au passage que c’était Shyamalan aux commandes. Je n’avais pas accroché à ses derniers films donc je m’inquiétais un peu…

L’introduction est vite expédiée, mais ça suffit largement pour présenter une des identités de McAvoy et les 3 demoiselles que ce-dernier emmènera “courtoisement” dans une pièce sommairement meublée.

Dans l’idée, j’ai vaguement pensé à 10 Cloverfield Lane pour l’aspect huis clos et le nombre réduit de personnages, mais la comparaison s’arrête là.

Split - Casey, Claire & Marcia / Anya Taylor-Joy, Haley Lu Richardson & Jessica Sula

Les appartements meublés, ce n’est plus ce que c’était…

L’angle de caméra, la profondeur de champ et la proximité des visages varient pour nous donner un sentiment de proximité et de malaise avec les personnages et en fonction des situations, je jurerait qu’il y a quelques trucs qui se passent en arrière-plan, certainement pour renforcer l’atmosphère et la folie du personnage, mais je suis certain qu’il y a du mouvement.

Il y a clairement deux personnages qui ressortent à l’écran. Tout d’abord, parmi les trois demoiselles, je ne retiens que le personnage joué par Anya Taylor-Joy, je ne la connaissais pas, c’est la première fois que je la vois à l’écran. Au fur et à mesure que le film avance on en apprend plus sur elle, ce qui la démarque clairement des deux autres jeunes dont on ne sait rien. Enfin, son visage est particulier et colle bien avec le personnage et la situation.

Split - Hedwig / James McAvoy

Hey ! On va à la pêche ?

Mais le point central de Split, c’est évidemment James McAvoy qui campe un homme aux diverses personnalités, la bagatelle de 23. Chaque personnage qu’on apercevra à l’écran possède une démarche, une gestuelle, une expression et une façon de parler propres, si bien qu’on peut les reconnaître. Physiquement l’acteur est impressionnant et visuellement, aidé en plus par des plans biens choisis, il inquiète, dérange, intrigue.

Tout le long du film la pression monte, avec une tension assez palpable dans la dernière partie. Elle est renforcée par une ambiance sonore qui crée l’atmosphère.

En bref, je pense que Shyamalan revient à ce qu’il sait faire : raconter une histoire simple et poser une ambiance et ce n’est pas pour me déplaire. Si scénaristiquement le film est assez prévisible, c’est vraiment l’ambiance et les acteurs qui sont au centre de Split et qui le portent, la faible trame scénaristique n’étant là que pour poser un contexte. Contexte qui reprendra de l’ampleur avec la toute dernière scène du film.

Shyamalan est de retour, et j’avoue que j’attend la suite de Split avec curiosité pour voir où il nous emmène.

Split - Barry & Dr Fletcher / James McAvoy & Betty Buckley

Mais non, puisque je vous dis que je n’ai pas de Charles Xavier dans ma tête !

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

O.O LOL ;-) :vomi: :triste: :siffle: :reveil: :pense: :p :nerd: :miam: :love: :love2: :fleur: :dodo: :dodo2: :demon: :chante: :bave: :D :-/ :-) :( *baille*