ReCore - Header

ReCore . Une histoire de boules

Lors de son annonce à l’E3 2015, ce jeu m’avait séduit. C’est con, on ne voyait quasiment rien : une cinématique avec une jeune femme qui se bat aux côtés d’un robot canin, face à d’autres robots, pour finalement récupérer l’orbe de son compagnon et lui changer son corps pour quelque chose de plus grand. Le tout dans un environnement aride, que j’assimile à une facilité de modélisation (peu de structure, peu de variété…). Bref, sans être une annonce qui présentait le prochain jeu porteur d’une console qui peine à se vendre, j’étais curieux et j’avais hâte d’en savoir plus.

ReCore - 01

Puis quelques temps plus tard, le jeu n’est pas encore sorti que je vois des offres de précommande à moins de 30€, je suis un peu étonné et je me dis que j’avais mal compris, c’est un petit jeu dématérialisé. Beh en fait, non. ReCore est sorti à une quarantaine d’euros. Et là, je suis encore comme un fou, c’est un jeu, qui sort en boîte, sur console et pour pas cher alors que ce n’est pas une version remaster full HD sort tes thunes sale gamer qu’on te la mette bien profond. Ça peut vous paraître anodin, mais pour moi, je voyais ici un jeu qui me séduisait à son annonce et qui modestement, à sa sortie, nous dit par son prix “Hey, ne me compare pas aux AAA qui te ruinent s’il te plaît, je veux seulement te divertir, je ne te promets pas de te mettre sur le cul.”. Et franchement, cette sincérité, j’ai aimé. Et je vais vous présenter tout ça.

Visuellement, comme je m’y attendais, c’est principalement désertique mais ça fonctionne. Déjà par le contexte, une planète en cours de terraformation, notre personnage, Joule, faisant partie des colons chargés du bon déroulement du processus. Et puis il y a l’atmosphère, des petites tempêtes de temps en temps, des zones qui se différencient par un élément bien spécifique : vieille structure en ruine, un appareil de forage gigantesque, des débris de vaisseaux… Bref, sans être une tuerie, le jeu se limite à un type de terrain mais le fait plutôt bien. En rajoutant à ça des donjons qui savent se différencier les uns des autres par des ambiances et des lumières, j’ai eu plus que ce à quoi je m’attendais.

ReCore - 02

Il y a aussi les différents ennemis que l’on croise et les robots qui nous accompagnent, ces derniers évoluent en fonction des pièces que l’on fabrique en récupérant des éléments un peu partout sur la carte et en détruisant des robots ennemis. Les robots alliés apportent leur aide durant les combats mais aussi pendant l’exploration puisque certains sont indispensables pour traverser certaines zones. Si on n’a pas fait le choix du bon duo de robots pour avancer dans une zone du jeu, il est possible de les intervertir aux quelques bornes de sauvegardes, servant aussi de points de téléportation.
Les ennemis en revanche sont de divers types, reconnaissables par leurs formes, mais sont aussi de diverses tailles et donc de puissances variées.

Le système de combat est loin d’être désagréable. Joule est équipée d’un fusil qui évoluera et possède 3 types de munitions utilisables en rafale ou en tir chargé. Si elles sont illimitées, il faudra toutefois faire attention de ne pas trop faire chauffer les chargeurs sans quoi il faudra attendre que ça refroidisse. Les types de munitions seront plus ou moins efficaces en fonction de la couleur de l’orbe de l’ennemi affronté, il faudra utiliser la même couleur pour plus d’efficacité. Notre compagnon pourra aussi nous être utile. En avançant dans la partie il sera possible d’avoir plusieurs alliés et jusque 2 robots pourront être à nos côtés pendant l’exploration, pas simultanément, chacun ayant une orbe de couleur différente. Il faudra donc bien choisir aussi son partenaire pendant les combats. La sélection du type de munition et du partenaire se font simplement, à la simple pression d’une touche, l’appel du second robot permettant aussi de mettre un peu de distance avec les ennemis.

ReCore - 03

Lorsqu’un ennemi arrive en fin de vie, il est possible d’attraper son orbe avec un grappin, mais si on la récupère, on fait une croix sur les pièces mécaniques qu’il aurait laissé s’il avait été éliminé de manière plus conventionnelle. Il y a donc des choix stratégiques à faire pour privilégier soit la montée en puissance de nos robots grâce aux orbes ou l’évolutions de leurs pièces d’armements et d’armures à l’aide de pièces mécaniques. Si l’évolution des corps des robots qui nous accompagnent se fait à l’atelier, leur montée en niveau ainsi que celle de notre fusil se fait automatiquement par une jauge d’expérience.
Le système de combat et d’évolution sont donc plutôt intéressant et simple d’accès. C’est une bonne surprise.

Là où j’ai réellement senti que le jeu n’était pas tout à fait au point, c’est la narration. Globalement, l’histoire n’est pas exceptionnelle et elle est tirée sur la longueur. Du coup, à partir d’un certain point, si on veut avancer dans l’histoire il faut absolument monter en expérience pour avoir accès à certaines zones. Cela augmente la durée de vie du titre, certes, mais j’aurais préféré que cela ne soit pas un frein à l’avancée de l’histoire.

Concrètement, je suis arrivé au dernier donjon et ce dernier est constitué d’étages qui sont autant d’arènes. Le problème, c’est que ces arènes imposent de monter drastiquement en niveaux et certes, il y a plusieurs petits donjons annexes à faire dans le monde de ReCore, mais cela ne suffit clairement pas à gagner autant d’expérience, il faudra donc farmer. Arrivé à la fin du jeu, on est donc condamné à tourner en rond pour une ultime cinématique finalement décevante (et je suis allé la voir sur Youtube, j’avoue). Bref, si le jeu ne bénéficie pas d’une écriture aux petits oignons, j’aurais au moins préféré que l’histoire principale soit conclue sans avoir besoin de monter autant de niveaux, et donc de gonfler artificiellement la durée de vie, mais que le dernier donjon soit plutôt proposé comme un ultime challenge pour parfaire la terraformation de la planète (par exemple), et ceci sans nuire à l’écriture de l’histoire principale.

ReCore - 04

Maintenant, il faut remettre ça dans le contexte du jeu. Il manquait peu de de chose pour que l’aventure principale se termine sans frustration, mais il s’agit d’un jeu au budget modeste. Il était évident qu’il allait y avoir des points sur lesquels il ne pouvait pas tenir la comparaison avec des titres plus bourrin en terme de développement. Au final, pour 40€, je me suis beaucoup amusé, sauf peut-être sur la toute fin. Le gameplay est très agréable, visuellement j’ai trouvé ça cohérent, fluide et oui, plutôt joli, la durée de vie est correcte, et même très bonne si on veut le finir à 100%, la bande son ne reste pas en tête mais colle très bien au titre.

Donc je suis plutôt conquis par ce titre et j’aimerai que les éditeurs pensent plus souvent aux petites bourses et proposent plus souvent des titres modestes, mais bien fait, comme ReCore. Des titres qui permettent de faire une pause entre 2 bulldozers tout en proposant un divertissement agréable. Donc franchement, si vous avez une Xbox One, foncez ! Maintenant il doit se trouver pour encore moins cher. À noter aussi qu’il fait parti de la gamme Xbox Anywhere, donc si vous l’achetez en dématérialisé, vous pourrez aussi y jouer sur PC. Peu importe votre plateforme, je vous recommande de vous y intéresser ;)

Captures d’écran réalisées par Taka, pensez à me prévenir et me créditer (pseudo & site) si vous désirez les utiliser :)

ReCore - 05

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

O.O LOL ;-) :vomi: :triste: :siffle: :reveil: :pense: :p :nerd: :miam: :love: :love2: :fleur: :dodo: :dodo2: :demon: :chante: :bave: :D :-/ :-) :( *baille*