Godzilla – Header

Godzilla . Lezard à gros popotin repéré

Godzilla

J’ai vite arrêté de regarder les bandes annonces de Godzilla, je trouvais qu’on y voyait trop la créature et je ne voulais pas me faire spoiler… J’ai eu raison et c’est pour ça que la bande annonce que je vous met juste en dessous est une des premières. En tous cas, les avis sont partagés sur ce film, il est temps de donner le mien.

Je ne vais pas trop m’étaler sur l’histoire, déjà que je le fais rarement, mais je n’ai vraiment pas envie de vous en dire trop. Toujours est-il que le film suit principalement l’histoire d’un soldat (non ce n’est pas l’acteur de Breaking Bad) et malheureusement s’attarde un peu trop sur sa vie personnelle ce qui donne lieu à des scènes clichés, oubliables et peu intéressantes. Un peu ok, mais là c’est trop.

Je suis conscient qu’il est nécessaire de suivre un personnage portant la casquette de « Héros » à qui il va arriver pleins de choses incroyables, pour tenir le spectateur c’est primordial dans ce genre de film à gros budget, mais essayer de créer de l’empathie par des scènes familiales sans intérêt, je trouve ça ridicule. Le drame est d’un coup basculé dans le cocon familial, on en perd tout le gigantisme, la pression et l’action que voudrait imposer le film.

Godzilla

Coucou ! Je cherche Gipsy Danger ou Clover, vous les avez vu traîner dans le coin ?

Remettons nous dans le contexte : l’humanité est potentiellement condamnée par la menace d’un monstre gigantesque qui les piétine. Dans ce cas, un bon soldat de cinéma n’a pas besoin de plus de motivation, il va vouloir bouffer de l’écaille au petit déjeuner, il est donc inutile de nous faire avoir une indigestion de valeur familiale.

Visuellement, Godzilla est vraiment chouette. Le monstre est cool et montré de manière franchement classe et certains plans sont jolis. Je regrette toutefois que certains « tableaux », s’ils sont très beaux, sont franchement clichés (oui eux aussi), c’est dommage.

Godzilla - Joe et Ford Brody / Bryan Cranston & Aaron Taylor-Johnson

Let’s cook… BITCH !

Au passage, n’y allez pas QUE pour Bryan Cranston. La communication a pas mal tourné autour de « Avec l’acteur de Breaking Bad » mais il n’est pas central.

Bon, je suis conscient que je ne suis pas tendre à propos de Godzilla, je ne m’attarde pas non plus sur les idées absurdes de l’armée (dans le film) sous peine de trop en dire. Mais derrière mon air bougon, je l’ai trouvé sympa. Pas foufou, mais sympa et plutôt cool (à part ces passages en mode famille). Il est plutôt beau, on voit les choses en grand et Godzilla, après tant d’années, garde toujours ce discours écolo en nous rappelant que le nucléaire, c’est dangereux (monstre ou pas monstre).

Godzilla - sa queue

Ménage de printemps : La méthode Kaijū en une leçon